La nouvelle Mise à Jour d'Irae : Reconquêtes, vient de sortir !
« Que l'Unique guide vos pas, voyageur. »
La Bibliothèque

L'homme qui s'occupait de ces rayonnages majestueux s'appelait Liberté, mais il est mort il y a plusieurs dizaines d'années. Depuis, les livres auraient pu être à l'abandon, mais un petit groupe de volontaires continue d'en écrire de temps en temps. Certains racontent même que plusieurs ailes de la Bibliothèque seraient cachées au public, invisibles derrières les murs à l'odeur de vieux papier.


La Bibliothèque est le Wiki d'Irae et de son univers. Sélectionnez un livre, une étagère, et commencez à lire pour vous imprégner de ces cultures, paysages, créatures et corps de métiers qui font la beauté de cet environnement fictif. Lire l'intégralité de la bibliothèque n'est pas nécessaire, aussi contentez-vous d'ouvrir les ouvrages dont le nom ou le sujet vous intéresse : vous êtes ici pour passer un moment agréable !
Si vous ne savez pas par où commencer, ou que vous préparez votre candidature, rejoignez le Hall d'entrée !

[Tout ouvrir]
Monde d'Aestiantine
Monde » Aestiantine
Monde » L'Aube des Temps
Monde » La Grande Ceinture
Monde » Les deux Lunes
Monde » Météorologie
Ennemis de l'Humanité
Ennemi » Les Aberrations
Ennemi » Les Grandes Vagues
Ennemi » Les Noirceurs
Métiers
Métier » Les Archimages
Métier » Les Artisans-Mages
Métier » Les Aruspices
Métier » Les Mémoires
Métier » Les Sentinelles
Métier » Les Veilleurs
Culture en Aestiantine
Culture » La Justice
Culture » La Politique
Culture » Le Sommeil
Culture » Les Armées
Culture » Les Effacés
Culture » Les Fêtes de Saisons
Culture » Les Noms de Famille
Régions de la planète
Région » Ancien Empire Tekuko
Région » Collines de Muuv
Région » Damier de Bréal (plaine)
Région » Enclave de Badradine
Région » Le Val de Veglion
Région » Les Gorges de l'Unique
Région » Les Grottes de Dranah
Région » Les Steppes d'Illouand
Région » Monts Cyrbrö (monts)
Région » Plaines d'Ylmär
Région » Prairies de Phlavari
Région » Trois Venhua (îles)
Magies éthériques
Magie » L'Éther
Magie » La Foliomancie
Magie » La Mécanancie
Magie » Le Runisme
Magie » Les Accélérations
Magie » Les Échanges d'éther
Cités et lieux d'interêt
Lieu » L'Ecrin
Lieu » L'Erlui
Lieu » La Grande Académie
Lieu » La Grande Earghan
Créatures et animaux
Créature » Les Animaux Forestiers
Créature » Les Arachs
Créature » Les Brutabracs
Créature » Les Cabricornes
Créature » Les Delepteros
Créature » Les Doulons
Créature » Les Narius
Créature » Les Pleureurs
Religion et croyances
Religion » La Forêt
Religion » Le Ahn
Religion » Le Culte du Rêveur
Religion » Le Laehsaelf
Religion » Le Ratakaju Gedol
Religion » Le Tumashi
Flore et nature
Flore » Les Arbres
Flore » Les Buissons
Flore » Les Divers
Flore » Les Fleurs
Flore » Les Herbes
Mythes et légendes
Mythe » Inferno
Mythe » L'Ombre du Gardien
Mythe » La ville de pierre
Mythe » Le temps des Déluge
Mythe » Les Dragons
Mythe » Les mégalithes de Norec
Mythe » Les Rêves Noirs
[HRP] Gameplay
[HRP] Gameplay » L'Archimage
[HRP] Gameplay » La Chasse
[HRP] Gameplay » La Lettre
[HRP] Gameplay » La Méca Symbio
[HRP] Gameplay » Les Ressources

Le temps des Déluge

« Le temps des Déluge », étagère Mythes et légendes

Cycle: une mort, une naissance

C’est l’histoire de la mort d’un homme dont le nom est tombé dans l’oubli, non pas à cause du passage du temps; bien que cette histoire soit déjà très ancienne; mais parce qu’il n’avait jamais semblé suffisamment important pour que quiconque le retienne.
Un homme tellement insignifiant que personne ne remarqua quand, accablé d’une profonde tristesse dans le matin pourtant paisible, il s’éclipsa vers les falaises surplombant la mer non loin. Personne ne le remarqua quand il embrassa une dernière fois du regard le village qui l’avait vu naître, qui l’avait vu grandir, dans un dernier adieu, le vent marin lui fouettant le visage. Personne ne le remarqua quand, après un dernier souffle, les larmes aux yeux, il se jeta du haut de cette falaise, plongeant vers la masse noire d’eau en contrebas.

Personne ne le remarqua, ou du moins, c’est ce qu’il pensait , ermite sans famille qu’il était, évité par superstition et souhaitant seulement que quelqu’un lui accorde de l’importance. Mais il est des créatures dont on ne veut jamais attirer l’attention, leur œil maléfique n’amenant que malheur où il se pose.
Une telle créature avait remarqué l’homme et s’approcha de lui, brisé par sa chute et agonisant sous les flots, attendant la mort tant souhaitée. Il aperçu bientôt le monstre, ondulant sous l’eau, une forme serpentine et couverte d’une matière visqueuse noire semblant aspirer toute lumière. Sûrement le prît-il pour une illusion, une image cauchemardesque envoyée par son cerveau en manque d’oxygène, jusqu’à ce qu’il l’enserre dans une étreinte bien plus glaciale que celle de l’océan.

Atteignant la limite de sa résistance il tomba dans l’inconscience pour, contre ses attentes, se réveiller à la surface. Ses poumons brûlés par le sel le forcèrent à prendre goulée d’air après goulée d’air tandis qu’il se rendait compte qu’il se trouvait au beau milieu de l’océan, toujours prisonnier du serpent d’eau.
C’est ici que commença son calvaire: ballotté par les vagues, rongé par le sel, brûlé par le soleil, endurant des jours durant les blessures causées par sa chute. Mais surtout, le serpent, le gardant en vie et toujours conscient par un miracle qui ressemblait de plus en plus à une malédiction, qui lui susurrait à l’oreille mille accusations contre l’humanité qui l’avait abandonné à ce cauchemar.

Il avait beau implorer et supplier la créature de l’achever, jamais elle ne céda, le traînant toujours plus près de la folie. Peu à peu, les pleurs et les gémissements firent place à une rage indicible contre son ravisseur. Puis cette rage-ci se tourna avec le temps contre ceux de son village qui l’avaient ignoré, puis vers l’humanité entière. Cette rage, cette haine enfla jusqu’à un point de non retour, et c’est alors que le serpent estima avec satisfaction que l’homme était prêt, lui chuchotant un tout nouveau refrain, un refrain de vengeance et de destruction.

Peu après, le serpent les propulsa jusqu’à la côte la plus proche pour se métamorphoser, une fois sur le sable, en une silhouette noire diffuse perçée uniquement de deux yeux blanc. L’homme se relevait avec difficulté, ses blessures semblant s’être soignées, bien que de la mauvaise manière.

“Tu sais ce qu’il te reste à faire”

La sublimation fut comme une libération pour lui, la séparation de son éther semblant une douleur superficielle comparée au supplice qu’il venait de subir. Ici, au moins, le changement fut rapide.

C’est l’histoire de la mort d’un homme dont le nom est tombé dans l’oubli.

C’est l’histoire de la naissance d’un monstre dont le nom a résonné dans les mémoires de générations entières.

Le Déluge.